TUTO Apiculture : Faire un essaim artificiel




         








8 réponses

  1. Guy Salesses dit :

    Très bonnes vidéos et bien expliquées.

  2. Plantier dit :

    Merci beaucoup pour cette video 😉

  3. Karine Meyroux dit :

    Comme toujours quel plaisir de regarder vos vidéos…. très clairement expliquées. Je débute en apiculture et votre chaine est vraiment précieuse, merci !

    • Emmanuel dit :

      ca me touche beaucoup, merci à vous pour votre témoignage, mon objectif était d’arriver à aider ne serait ce qu’un apiculteur… et vous êtes de plus en plus nombreux a laisser vos messages et témoignages sur le site. Un grand Merci

  4. emmanuel dit :

    Bonjour, merci pour la video du nougat. J’adore le nougat.
    Quelques questions pour bien comprendre celle-ci.
    Vous dites que vous faites un essaim pour maintenir la population basse au moment de la floraison du colza. Vous ne voulez donc pas récolter de miel de colza ?
    On est fin mars, début avril, avec une floraison de colza en cours ou à venir sous 8 jours, pourquoi conservez vous un pain de candi, alors que la ruche contient des réserves ?
    Il fait soleil, mais le vent est fort, et vous sortez les cadres de couvain, en les posant en dehors de la ruche ou en les observant en plein vent. N’y a t’il pas un risque de mortalité des larves ?
    Vous enfumez par dessous la ruche, c’est pour les calmer, ou les faire monter ?
    Le cadre sur lequel se trouve la reine, montre des signes de couvain en mosaïque. Est-ce du aux pesticides utilisés sur le colza, ou utilisez-vous une cire gaufrée tout venant du commerce ?
    Le premier cadre que vous mettez dans la ruchette est un cadre de réserves. Les abeilles qui sont dessus sont donc des butineuses. Est-ce bien utile de mettre des butineuses pour faire un essaim artificiel ? Ne faudrait-il pas des éleveuses ?
    Vous montrez la reine. Pourquoi ne l’attrapez-vous pas dans une pince pour la mettre à l’abri, et la marquer ensuite ?
    C’est la saison des mâles. On voit des cellules de mâles sur tous les cadres de couvain. Vous mettez trois cadres a bâtir simultanément au lieu d’en mettre un seul et une partition. N’y a t’il pas un risque d’avoir des cadres moches construits avec des cellules de mâles partout dans la ruche ensuite ?
    Au moment ou vous refermez la ruche d’origine il y a dans l’ordre :
    2 cires gaufrées, 1 cadre de pollen, 3 cadres de couvain, 3 cadres de réserves, 1 cire gaufrée. Ne faut-il pas mettre les cires gaufrées entre les cadres de pollen et les cadres de réserve ? Est-ce qu’un cadre bâti, un des deux que vous avez mis dans la ruchette par exemple, n’aurait pas été judicieux en bordure de nid ?
    Il reste 3 cadres de couvain sur 5. N’était-ce pas un peu tôt pour faire un essaim ? Comment vont elles faire pour récolter, alors que le couvain actuel ne pourra butiner que 20 jours plus tard (fin avril), et la nouvelle ponte que dans 40 jours, soit mi-mai ?
    Merci de vos éclaircissements.

    • Emmanuel dit :

      Vous dites que vous faites un essaim pour maintenir la population basse au moment de la floraison du colza. Vous ne voulez donc pas récolter de miel de colza ?

      Comme je le dis dans la vidéo, il s’agit d’éviter l’essaimage des colonies lorsque le colza va fleurir. Le gout de se nectar a une fâcheuse tendance à faire essaimer les colonies les plus fortes.

      On est fin mars, début avril, avec une floraison de colza en cours ou à venir sous 8 jours, pourquoi conservez vous un pain de candi, alors que la ruche contient des réserves ?

      Lors de l’ouverture du printemps j’avais surement oublié d’enlever ce candi là. Il est vrai qu’en mars elles n’en n’ont plus besoin

      Il fait soleil, mais le vent est fort, et vous sortez les cadres de couvain, en les posant en dehors de la ruche ou en les observant en plein vent. N’y a t’il pas un risque de mortalité des larves ?

      Le filet bouge au vent en effet, mais je vous assure qu’il était très faible et doux sans aucun risque pour le couvain

      Vous enfumez par dessous la ruche, c’est pour les calmer, ou les faire monter ?

      Comme dans toute ouverture de ruche, la fumée doit venir du bas , entrée et plancher ventilé peuvent être utilisés pour signaler aux abeilles notre intervention

      Le cadre sur lequel se trouve la reine, montre des signes de couvain en mosaïque. Est-ce du aux pesticides utilisés sur le colza, ou utilisez-vous une cire gaufrée tout venant du commerce ?

      Cire gaufrée du commerce mais le couvain en mosaïque c’est surtout une reine de deux ans ou plus dont la ponte s’affaiblie

      Est-ce bien utile de mettre des butineuses pour faire un essaim artificiel ? Ne faudrait-il pas des éleveuses ?

      Sans butineuses dans un EA, les éleveuses iront butiner et laisseront une partie du couvain dépérir. Il faut de tout …

      Vous montrez la reine. Pourquoi ne l’attrapez-vous pas dans une pince pour la mettre à l’abri, et la marquer ensuite ?

      Il s’agit d’une autre vidéo, là je fais seulement un essaim artificiel

      C’est la saison des mâles. On voit des cellules de mâles sur tous les cadres de couvain. Vous mettez trois cadres a bâtir simultanément au lieu d’en mettre un seul et une partition. N’y a t’il pas un risque d’avoir des cadres moches construits avec des cellules de mâles partout dans la ruche ensuite ?

      Je laisse les abeilles bâtir comme elles le souhaitent. Mes vidéos montrent la base de l’apiculture pour les débutants, mais ne reflètent pas mon apiculture. Je suis plutôt de ceux qui laissent les abeilles vivre en intervenant le moins possible, au risque de moins récolter, mais mes abeilles sont en pleine forme, essaiment et pollinisent…

      Au moment ou vous refermez la ruche d’origine il y a dans l’ordre :
      2 cires gaufrées, 1 cadre de pollen, 3 cadres de couvain, 3 cadres de réserves, 1 cire gaufrée. Ne faut-il pas mettre les cires gaufrées entre les cadres de pollen et les cadres de réserve ? Est-ce qu’un cadre bâti, un des deux que vous avez mis dans la ruchette par exemple, n’aurait pas été judicieux en bordure de nid ?

      Concernant l’ordre des cadres à bâtir, il existe de nombreuses méthodes, certains penseront que seule leur méthode est la bonne, moi je pense qu’il y en a plusieurs.

      Il reste 3 cadres de couvain sur 5. N’était-ce pas un peu tôt pour faire un essaim ? Comment vont elles faire pour récolter, alors que le couvain actuel ne pourra butiner que 20 jours plus tard (fin avril), et la nouvelle ponte que dans 40 jours, soit mi-mai ?

      Je suis dans un département plutôt privilégié pour son climat et le mois de mars est déjà très doux. La reine a déjà plusieurs mois de ponte derrière elle et il reste suffisamment d’abeilles pour butiner et élever dans la ruche mère . Toutes mes ruches ont produit cette année là, comme tous les ans et les essaims artificiels se portent à merveille.

      Pour conclure, je dirai qu’il existe plusieurs apicultures aujourd’hui,hui mais ça je ne vous apprend rien. Il y a les « techniciens », ceux qui pensent que l’abeille ne peut se passer de l’homme et des nouveaux produits de sauvegarde des essaims, les ruches sont ouvertes plusieurs fois par mois la surveillance est permanente, les ratios de production omniprésents … Et puis il y a les « naturels » dont je pense faire parti, les ouvertures sont rares, les aides aux colonies aussi, uniquement en cas de force majeur. Mes vidéos ne reflètent pas mon apiculture mais plutôt les bases pour faire comprendre aux débutants les grands principes de l’apiculture de production . Après, si on souhaite discuter des méthodes, la discussion peut être très longue car beaucoup ne croient qu’en leur propre méthode sans aucune ouverture d’esprit…. Ça peut durer longtemps …. Je pense qu’il existe de très nombreuses méthodes, seules les mauvaises sont à proscrire.

      Merci à vous

  5. Emmanuel Molisak dit :

    Merci à vous pour vos vidéos et vos commentaires. Je suis débutant en apiculture et vos informations et astuces sont très intéressantes et complémentaires. Ne changez rien et je vous encourage si possible pour continuer à nous faire part de votre vécu.
    Merci encore.

  6. Hdpape dit :

    Nous le savons tous, la difficulte en apiculture est de localiser la reine. Par consequent, apprenons a faire des essaims artificiels par divisions sans avoir a rechercher la « mere ». Gain de temps pour la multiplication d’un grand nombre de ruches, et facilite pour le debutant. La division pratiquee sur deux journees necessite juste l’achat d’une grille a reine. Des manipulations rapides donc moins de stress pour les abeilles, pas de declenchement de pillage et moins d’agressivite. En apiculture, l’efficacite passe par la rapidite, et ce tout en respectant les abeilles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *