L’appel au secours d’Olivier Belval, apiculteur dans le Sud Ardèche

Olivier Belval, apiculteur près de Banne dans le Sud Ardèche, a perdu 75% de ses abeilles cet hiver. © Radio France – Mélanie Trump

Olivier Belval, apiculteur près de Banne dans le Sud Ardèche, a perdu plus de 75 % de ses abeilles cet hiver. Sur ses 480 ruches, 310 sont mortes. Une véritable hécatombe qui remet en cause son activité. Il lance un financement participatif pour l’aider à redémarrer.

C’est un appel au secours d’un apiculteur bio professionnel du Sud Ardèche. Olivier Belval est installé en GAEC avec un collègue sur la commune de Banne. Ils ont perdus plus de 75% de leurs abeilles.

Olivier Belval, apiculteur à Banne en Ardèche, a perdu plus de 75% de ses abeilles. - Radio France
Olivier Belval, apiculteur à Banne en Ardèche, a perdu plus de 75% de ses abeilles. 

Devant sa miellerie sur la commune de Banne, Olivier Belval ne cache pas son inquiétude. L’ancien président de l’union nationale de l’apiculture est profondément touché par cette hécatombe. Sur leurs 480 ruches, principalement installées l’hiver dans les Cévennes ardéchoises, 310 sont mortes. Leur activité est donc totalement remise en cause.

« C’est une catastrophe sans précédent pour notre exploitation. On est à plus de 75% de mortalité d’abeilles, c’est 80.000 euros perdus en cheptel. Mon père, apiculteur bio pendant trente ans, n’a jamais vu ça. »

Des analyses en cours des services vétérinaires

Olivier Belval ne comprend pas ce qui se passe. Il n’a jamais vu ça auparavant et a prévenu les services vétérinaires du département de l’Ardèche pour faire la lumière sur cette mortalité. Lors de quatre visites, les services ont réalisé des prélèvements et des analyses sont en cours pour tenter de comprendre.

« Nous ferons tout pour mettre un nom sur le ou les ennemis de ces abeilles »

« Ça peut venir d’un problème météo, d’un parasite, d’un pesticide ou de plusieurs facteurs à la fois » explique Olivier Belval. En attendant de comprendre et de pouvoir lutter contre ces phénomènes qui tuent ses abeille, Olivier Belval a besoin d’aide pour pouvoir continuer son activité.

Olivier Belval : « c’est une catastrophe sans précédent pour notre exploitation ».

 

Un appel à l’aide via une plateforme de financement participatif

L'apiculteur a lancé une souscription sur la plateforme de financement participatif Multiplee pour pouvoir redémarrer son activité. - Aucun(e)
L’apiculteur a lancé une souscription sur la plateforme de financement participatif Multiplee pour pouvoir redémarrer son activité. –

Olivier Belval doit racheter 250 essaims pour pouvoir continuer à exercer son métier. Il a donc lancé une souscription sur internet, via la plateforme de financement participatif Multiplee. Il cherche ainsi à récolter 25.000 euros pour l’aider à continuer son activité. Si vous souhaitez l’aider à redémarrer, vous pouvez vous rendre sur la plateforme multiplee avant le 31 mai prochain. Une soirée de soutien sera également organisée aux Vans, le 9 mai prochain, au cinéma Vivans.

Source : francebleu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *