Un beau gâchis… Après avoir passé l’hiver au chevet de ses ruches, Jean-Claude Rognon s’est fait dépouiller de son bien, la semaine dernière, à Oiselay-et-Grachaux.

Apiculteur amateur depuis une bonne quinzaine d’années, le retraité, installé dans le Haut Doubs, possède quelques ruches sur des terrains qui lui appartiennent à Oiselay, en bordure de forêt et à proximité d’un chemin rural.

Sur place vendredi, il a découvert deux de ses ruches par terre, « en piteux état ». « Je pense qu’on a tenté de les déplacer, mais qu’elles se sont révélées trop lourdes », raconte l’apiculteur. Surtout, trois autres ruches ont disparu, purement et simplement. « Deux d’entre elles étaient habitées, l’autre a été installée vide pour accueillir un essaim. Elle devait sûrement en contenir un sinon ils ne l’auraient pas volée. »

Le retraité est persuadé que le ou les malfrats sont également apiculteurs : « Celui qui ne connaît pas les abeilles ne s’approche pas des ruches. Il faut être équipé. C’est malheureux, mais c’est devenu un sport national, avec les fortes pertes qu’on connaît ces dernières années », regrette le Haut Doubien, évoquant les faits constatés dans le Jura, où plusieurs vols de ruches ont été signalés tout au long du mois de mars.

Au-delà du préjudice financier qu’il chiffre à un bon millier d’euros, l’apiculteur dénonce aussi l’impact moral : « On fait tout pour préserver la ruche, on la nourrit tout l’hiver, on lui met des ‘’vaccins’’, tout ça pour se faire dépouiller. Je suis amateur, je ne gagne pas d’argent. Je suis très heureux lorsque je trouve du miel, mais le simple fait que les abeilles aient passé l’hiver et se portent bien me suffit. »

Un petit camion à plateau aperçu

L’apiculteur a averti le secrétaire général du syndicat apicole du Doubs, pour appeler à la vigilance.

Il a également déposé plainte samedi matin auprès de la gendarmerie de Morteau : « Normalement, ma plainte va être transmise à la gendarmerie de Marnay. » Désormais, il se met en quête de témoignages pouvant aider le travail des enquêteurs : « Je n’ai constaté les faits que vendredi mais je pense qu’ils remontent à plus tôt dans la semaine : mercredi, un ami à moi a remarqué que des ruches manquaient, mais il a cru que je les avais remontées dans le Haut Doubs. Il a aussi remarqué le passage d’un petit camion à plateau transportant des ruches, de très bon matin, mardi, entre Oiselay et Fretigney… »

Il invite tous ceux qui auraient d’éventuelles informations sur ce camion à se rapprocher de la gendarmerie de Marnay.

Source : l’est républicain