Cette apicultrice amateur vous explique comment faire si vous trouvez un essaim d’abeilles dans votre jardin

Suzy Ravier, membre des Amis de la faune, contribue au maintien de la biodiversité par l'entretien d'un rucher.

Suzy Ravier, apicultrice amateur à Valbonne, prodigue des conseils sur la conduite à tenir face à l’essaimage, un phénomène naturel dont la saison va commencer .

Les abeilles, Suzy Ravier en connaît un rayon.

Ancienne élue au développement durable, elle est membre actif du réseau d’apiculteurs amateurs Les Amis de la faune qui entretient des ruches sur Valbonne.

Après des débuts difficiles et la perte de ses protégées, descendues trop tôt d’estive et victimes des frelons asiatiques, Suzy a aujourd’hui six ruches en pleine expansion.

 

Formée régulièrement au Civam Apicole 06, elle profite de son expertise pour alerter sur la conduite à tenir en ce qui concerne l’essaimage, un phénomène naturel qui pourrait démarrer prochainement en raison d’un printemps précoce.

« Les abeilles sont déjà sorties de leur léthargie et commencent à butiner pour nourrir les couvains qui se multiplient à l’intérieur de la ruche, indique t’elle. Lorsque la colonie se trouvera à l’étroit, la vieille reine va quitter les lieux avec une partie de la ruche, laissant la place à une nouvelle reine ».

« INUTILE D’APPELER LES POMPIERS »

Ralenties par leur souveraine, qui ne peut voler sur de longues distances, et le miel dont elles se sont gorgées avant l’envol, les abeilles vont rester groupées s’accrochant en grappes sur une branche ou une anfractuosité tandis que les éclaireuses partent en quête d’un nouvel abri pour s’installer.

« L’essaim n’est la plupart du temps que de passage, prévient Suzy. Mais si on le découvre derrière un volet ou si l’on craint qu’il ne se fixe près des habitations, inutile d’appeler les pompiers, les abeilles sont de toutes façons protégées. Le plus simple consiste à alerter un apiculteur ».

Celui-ci prélèvera l’essaim avec un sac ou une ruchette en veillant à ce que tout le groupe attiré par l’odeur caractéristique de la reine soit bien rentré.

Ensuite les abeilles devront être emportées à au moins 3 km de là ou laissées dans un lieu clos quelques jours avant de gagner leur nouveau domicile.

Suzy Ravier propose de servir de relais en cas de besoin pour trouver un apiculteur disponible.

Elle se tient aussi à disposition des personnes intéressées pour les initier à l’apiculture: un art qui ne manque pas de piquant!

Contact: 06.64.12.96.00.

Source : Nice Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *