Les abeilles, petites reines de la Foire-Expo

Séverine et Emmanuelle profitent de la Foire-Expo pour vanter les atouts de la petite commune de Chaillac. - Séverine et Emmanuelle profitent de la Foire-Expo pour vanter les atouts de la petite commune de Chaillac.

Séverine et Emmanuelle profitent de la Foire-Expo pour vanter les atouts de la petite commune de Chaillac.

Sur le stand du Syndicat des apiculteurs, une ruche vitrée attire l’attention des visiteurs. L’occasion pour Chaillac de faire parler de sa miellerie collective.

 Les enfants ont le doigt pointé en direction des abeilles. « Elle est où la reine ? », demandent-ils, captivés par ces petites bêtes qui bougent sans cesse. Hier après-midi, à l’heure du passage des classes à la Foire-Expo, dans la ruche du Syndicat des apiculteurs du Centre et du Berry, la reine se cachait. Le stand installé salle Barbillat-Touraine était tenu par deux représentantes de Chaillac, Emmanuelle, qui travaille à l’accueil de l’Espace de valorisation de l’abeille (Eva), et Séverine, qui gère l’accueil de la mairie et le gîte rural et distille des informations sur le Musée de la minéralogie.

Une miellerie collective pour amateurs et professionnels

Pour la commune de Chaillac, la Foire-Expo est une belle opportunité pour mieux faire connaître ses atouts. Et notamment l’Eva, ouvert il y a seulement un an et demi. Tous les producteurs amateurs ou professionnels peuvent y venir, avec leur ruche, pour extraire leur miel. « Même un débutant qui n’aurait qu’une seule ruche. » Seule condition : que celle-ci soit déclarée. « Pour des raisons sanitaires », précise Emmanuelle. Cette « miellerie collective » permet aux apiculteurs d’accéder facilement au matériel nécessaire pour extraire leur miel, en limitant leur investissement financier. « La miellerie comprend une chambre chaude ; une salle d’extraction avec deux chaînes, une dédiée aux petites exploitations, jusqu’à cinquante ruches, et une semi-automatique, dédiée aux exploitations plus importantes, qui comprennent jusqu’à trois cents ruches ; et une salle de conditionnement du miel », précise Emmanuelle.
Les apiculteurs amateurs ou professionnels peuvent ensuite mettre leur miel en fût, pour le récupérer plus tard, ou directement en pot, et l’emporter chez eux. Pour attaquer la dégustation sans attendre.

Contact : Espace de valorisation de l’abeille, 5, rue de la Touche, à Chaillac, tél. 02.54.36.61.46 ; eva@vetopharma.com

Source : la nouvelle république

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *