Dans un communiqué de presse daté du 5 octobre, la trentaine de salariés (chercheurs, ingénieurs et techniciens apicoles) de l’Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation (Itsap-Institut de l’abeille) tire la sonnette d’alarme quant à la situation critique de leur institut. Des problèmes de trésorerie majeurs hypothéqueraient en effet sa survie à très court terme.




« En l’absence de fonds propres et de réserves financières suffisantes pour garantir son fonctionnement, notre institut ne peut aujourd’hui plus faire face aux importants besoins en trésorerie générés par le décalage entre les sommes à engager pour réaliser les projets (salaires, factures, frais liés au projet) et le versement effectif des fonds publics pour ces mêmes projets », fait part le communiqué.

« La disparition de cette structure associative conduirait à l’arrêt de nombreux travaux de recherche et de développement menés sur des enjeux de société forts, qu’aucune autre structure ne peut porter à l’heure actuelle », rappelle encore les salariés de l’Itsap.

En effet, en partenariat avec d’autres acteurs de la recherche (Inra, CNRS, Anses, Cirad), des filières apicoles (Réseau des associations de développement apicole, Ada France, Groupement des producteurs de gelée royale…) et agricole (Acta et les instituts techniques, chambres d’agriculture, coopératives…), l’Itsap pilote aujourd’hui un grand nombre de projets.

Mobilisation urgente

« Une mobilisation de la filière et de l’ensemble des pouvoirs publics est urgente, ajoute l’Itsap.

Sans soutien fort de la filière apicole, de ses partenaires techniques et scientifiques et des pouvoirs publics, cette disparition pourrait survenir dans les semaines à venir. »

L’Itsap appelle donc à des soutiens moraux et financiers forts pour lui permettre de poursuivre ses recherches sereinement. Une pétition et une plateforme de dons sont actuellement en ligne.