L’Unaf estime qu’un rapport de l’Anses remet en question les trente dernières années de surveillance officielle des mortalités d’abeilles. Ce rapport, publié en septembre 2017, présente les conclusions de l’évaluation du dispositif de surveillance des mortalités massives aiguës des abeilles en France métropolitaine.

Selon l’Unaf, il met en évidence « les multiples faiblesses » de la surveillance telle qu’effectuée actuellement par le ministère de l’Agriculture, et il confirme que cette surveillance « n’a jamais pu conduire à aucune conclusion sur l’état de santé des colonies, et que le nombre des intoxications éventuelles a toujours été sous-estimé ».

Analyses systématiques des résidus

L’Unaf demande que l’État mette en place des analyses systématiques de la présence de résidus de produits phytosanitaires, qu’elle juge « indispensables ». Cette proposition fait partie des recommandations émises par l’Anses cet automne 2017 pour la refonte du dispositif de surveillance.

Dans la foulée, le ministère avait fait connaître à la filière les orientations qu’il retenait pour cette surveillance. La recherche systématique des résidus de pesticides n’est pas envisagée et reste cantonnée aux cas où « l’intoxication ne peut être exclue ».