Libourne : du miel et des abeilles en pleine gare SNCF

Libourne : du miel et des abeilles en pleine gare SNCF
Marie-Noëlle Bouquet, directrice de gare en Gironde, Vincent Dugarry, apiculteur, et Frédéric Faure, directeur des gares d’Aquitaine, devant les ruches de la gare de Libourne.



Depuis un an, un apiculteur s’occupe de ruches tout près des rails, produisant plusieurs kilos de miel.

Leur présence a de quoi surprendre. En passant devant, on se demande même ce qu’ils peuvent bien fabriquer là. Au bout de la voie A, trois ruchers sont ainsi installés en pleine gare SNCF. Aux plus beaux jours, autour de 150 000 abeilles élisent domicile, ici, en pleine ville, tout près des allers et venues ferroviaires. Disposées dans un abri spécifique, leur mise en place remonte à une année environ. Ce projet vise à valoriser l’image de la gare ainsi qu’à sensibiliser le personnel SNCF et le public à la biodiversité.

87 kilos de miel récoltés

 

À l’origine, l’apiculteur Vincent Dugarry, installé en Charente-Maritime, et Gares & Connexions, branche de la SNCF, ont eu cette idée un peu folle d’inviter les insectes à s’épanouir tout près des rails. « Notre but depuis quelques années est de connecter nos gares à la ville, explique Frédéric Faure, responsable régional de Gares & Connexions. Et puis, nous souhaitons donner une image verte, environnementale. Avec ce projet, nous voulons apporter une éducation à la biodiversité pour notre personnel et le grand public. »

Il faut bien le reconnaître, en avril dernier, lorsque les abeilles ont déboulé sur leur lieu de travail, certains salariés de la SNCF ont un peu tiqué, angoissés d’être piqués. Mais, après une petite année en leur présence, ils auraient aujourd’hui bien du mal à s’en séparer.

Concrètement, Vincent Dugarry, qui a déjà installé des ruches dans de grandes entreprises de la métropole bordelaise (Keolis, Vinci, DomoFrance…), vient régulièrement sur place pour s’occuper des demoiselles volantes, en compagnie des employés de la société ferroviaire. « L’idée, c’est de passer des messages sur l’environnement, la biodiversité, sourit le bonhomme. On passe une petite heure à parler abeilles et fleurs. »

Dans un contexte de mortalité de ces précieux insectes qui n’est plus à prouver, le dessein vise également à entretenir de nouvelles colonies. Dans la ville, des centaines d’hectares sont ainsi pollinisées depuis plusieurs mois. Et les deux premières récoltes, en juin et en août dernier, se sont avérées fructueuses avec près de 87 kilos de miel obtenus, dont une partie a été distribuée gratuitement aux voyageurs. La première récolte avait un goût mentholé, signe que les abeilles de la gare sont allées butiner du tilleul.

« En zone urbaine ou périurbaine, c’est beaucoup plus vert qu’on ne le pense, indique Vincent Dugarry qui appelle les habitants à mettre en terre des plantes mellifères chez eux. Et c’est aussi beaucoup plus diversifié que dans les campagnes où l’on trouve des grands champs de monoculture. »

L’autre intérêt de ce projet est le combat contre les frelons asiatiques puisque, pour préserver ses ruchers, l’apiculteur met en place des pièges (à base de crevettes roses décortiquées et de Bacillus thuringiensis) qui tuent ces insectivores.

Après une première année à succès, l’expérience des ruchers à la gare doit être reconduite de nouveau en 2018. Gares & Connexions souhaite notamment faire profiter les enfants d’une expérience apicole en invitant plusieurs classes de Libourne aux beaux jours. « Nous allons prendre contact avec des établissements pour que Vincent Dugarry fasse de l’apprentissage avec les élèves, explique Frédéric Faure. Si on touche un, deux ou trois enfants, ce sera déjà une victoire. Notre objectif est de faire évoluer les mentalités. » Déjà, des panneaux explicatifs colonisent les abords des ruchers à quelques mètres des trains en partance pour Bordeaux.



http://www.sudouest.fr/2018/02/06/du-miel-et-des-abeilles-en-pleine-gare-sncf-4176469-2780.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *