Éric Perrin est un amoureux des abeilles. Apiculteur depuis quelques années, il explique comment ces insectes s’organisent en hiver. La vigilance est de rigueur surtout avec la météo des dernières semaines.

Le mois de février est-il propice aux abeilles ?

« S’il y a un rayon de soleil, elles sortent un peu autour des ruches, ce sont les prémices. Mais février est en général critique pour les colonies faibles, il faut donc agir. Si elles n’ont pas suffisamment à manger, elles peuvent s’en aller ou simplement mourir. En hiver, elles se rassemblent, c’est assez impressionnant à voir. Elles forment une pelote autour de la reine avec 10 000 abeilles, ça fait une belle boule. En été, elles peuvent atteindre le nombre de 80 000. Elles nettoient beaucoup durant cette période et retirent les abeilles mortes. »

Sont-elles sensibles aux maladies ?

« Oui, elles peuvent être malades et ça se voit. Le contrôle commence là. Le varroa est un parasite comme le pou chez l’homme qui se colle aux abeilles. S’il y en a beaucoup trop, il faut un traitement car cela peut détruire une ruche. Ce parasite vient d’Asie. Il y a quarante ans, il n’y en avait pas ici, donc il faut aider les abeilles à s’en débarrasser. Elles ne peuvent pas se défendre seule. Il existe une solution qu’on appelle le faux scorpion, c’est tout petit, ça ne fait pas de mal aux abeilles ni au miel, il en faut une centaine dans la ruche pour être efficace. J’ai fait des recherches, ça n’est pas encore dans la culture des apiculteurs, mais c’est efficace et naturel. »

C’est quoi la prochaine étape pour vous ?

« Développer encore mes ruches et surtout apprendre à faire des essaims artificiels. Je vais me former prochainement, et m’enrichir avec le net. »


https://www.vosgesmatin.fr/edition-de-saint-die/2018/02/09/les-abeilles-sont-fragiles-en-hiver-selon-eric-perrin