Coraline vend ses pots de miel en direct, mais aussi des bougies en cire d’abeille, du thé, des gourmandises et des produits bien-être et cosmétiques à base de propolis. Jeune apicultrice à Cour-Cheverny où elle a ouvert une boutique, Coraline Saliou propose au public de parrainer des ruches ou d’apprendre à en accueillir.

Originaire de l’île de Ré, c’est là que Coraline Saliou s’est découvert une passion pour les abeilles, grâce à un stage pendant ses études de BTS tourisme effectuées au lycée hôtelier de Blois. Et après avoir travaillé cinq ans chez l’apiculteur qui l’avait accueillie, c’est finalement en Loir-et-Cher que la jeune femme a décidé de franchir le pas de l’installation professionnelle.
Exploitante agricole depuis le mois de septembre, Coraline Saliou a ouvert dès novembre une boutique, dans la maison qu’elle a achetée avec son compagnon à Cour-Cheverny. Pour commercialiser sa production, mais pas seulement. «J’adore le métier d’apicultrice, mais j’ai besoin de contacts, de relations humaines, avoue-t-elle, et j’ai très envie de partager cette passion, d’expliquer mon métier, de faire comprendre aux gens le rôle des abeilles, et pourquoi il faut les aider. Parce que leur mortalité est toujours aussi importante, hélas.»
Coraline ne s’arrête pas à une discussion entre deux achats de miel. La boutique est aussi la porte d’entrée de petits ateliers (fabrication de bougies, découverte des abeilles, mise en pot du miel), et dès que le printemps sera là, de stages d’initiation à l’apiculture.
«L’idée, c’est d’apprendre aux gens les notions de base pour accueillir une ruche dans leur jardin. Pas pour produire du miel, juste pour permettre aux abeilles d’avoir un abri, et pourquoi pas, de profiter de leur présence pour pollenniser des pommiers ou un potager ! résume Coraline. Ça ne demande pas plus de 3 à 4 h de travail par an et par ruche, et c’est important pour lutter contre la disparition des abeilles.»
Ceux qui n’ont pas de terrain propice peuvent aussi choisir d’adopter une des ruches de Coraline. Pour 55 € par an (formule de base), vous voilà parrain ou marraine de quelque 10.000 abeilles ! La ruche portera votre nom, vous aurez des nouvelles régulières de vos protégées, et une demi-douzaine de pots de miel en fin d’année. «C’est un geste pour les abeilles et l’environnement, et un encouragement pour mon travail.»
Du travail, la jeune femme n’en manque pas, et pourtant elle voudrait développer encore d’autres activités, comme des animations auprès des enfants. Industrieuse, comme ses petites protégées !
Les Belles Demois’Ailes, 109 rue Nationale à Cour-Cheverny, tél. 06.59.04.77.86, bellesdemoisailes@gmail.com. Ouvert du mardi au samedi, horaires variables selon le travail aux ruches.



https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/des-ruches-a-adopter-pour-aider-les-abeilles