Pesticides : une étude montre que les abeilles meurent beaucoup plus à cause d’un parasite qu’à cause des néonicotinoïdes

Atlantico : Selon une étude publiée par l’Université de Wageningen aux Pays bas, le fort taux de mortalité des abeilles en Europe serait principalement la conséquence d’un parasite, le « varroa destructor ». Cette hypothèse est-elle crédible alors que les néonicotinoïdes sont régulièrement montré du doigt ?

François Lasserre : Le varroa est un petit acarien qui s’installe sur les abeilles et qui leur aspire le sang et qui joue un rôle important dans la crise des abeilles.

Cependant, les causes sont multifactorielles et la question du varroa est pointée depuis longtemps. Mais selon le bilan de la DGAL pour 2015, les pesticides ne concerneraient que 4% de la mortalité des abeilles (mortalité d’origine toxicologique certaine, tout en prenant en compte le fait que le pesticide qui est pointé du doigt est utilisé en agriculture bio. (http://draaf.bourgogne-franche-comte.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/_Bilan_annuel_mortalites_SRAL_JANV2016_FM_MAAF-bleu__cle036c3e.pdf )

Ce bilan de la DGAL (ministère de l’agriculture) sur la hausse de la mortalité des abeilles parvient à un résultat qui pointe du doigt les mauvaises pratiques apicoles en premier lieu (et notamment la mauvaise gestion du varroa, parfois avec des produits trop puissants, parfois avec des remèdes de grand-mère).

C’est un point que l’on entend rarement de la part des apiculteurs, qui sont des éleveurs dont certains cherchent de la productivité, mais depuis des millénaires, ils croisent les…



en savoir plus https://www.atlantico.fr/decryptage/3570298/pesticides–une-etude-montre-que-les-abeilles-meurent-beaucoup-plus-a-cause-d-un-parasite-qu-a-cause-des-neonicotinoides-francois-lasserre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *