Pont-d’Ouilly. Les apiculteurs partagent leurs expériences

La Confédération des apiculteurs du Calvados aura 20 ans en 2020, et la revue Propos Lice aura 10 ans. Échanges et partage permettent aux apiculteurs de faire évoluer la pratique.

L’assemblée générale de la confédération est un temps d’échanges et de partage autour de la passion commune des membres : l’apiculture.
L’assemblée générale de la confédération est un temps d’échanges et de partage autour de la passion commune des membres : l’apiculture. |
Samedi matin, à la base de loisirs, se tenait l’assemblée générale de la Confédération des apiculteurs, présidée par Adrien Guillemot.

La production de miel a été correcte en 2019 malgré les aléas climatiques « et moins de frelons asiatiques. Un phénomène qu’on n’explique pas », remarque Adrien Guillemot.

La problématique des pesticides persiste. « La Chambre d’agriculture a la volonté de recréer la concertation entre agriculteurs et apiculteurs. Le dialogue s’amorce. » Une nécessité car les abeilles pollinisent dans les champs de colza, de tournesol, de luzerne, de trèfle, et « les pratiques agricoles évoluent », rappelle Adrien Guillemot.

L’installation de ruches dans les agglomérations urbaines se multiplie, « c’est un positionnement ecoresponsable et un moyen de faire passer des messages mais ça reste une image de marque », conclut le président.

Méthode douce, abeille tueuse et abeille sans dard

Apiculteur amateur, Joël Chauffray a présenté une méthode pour constituer des essaims en douceur. « Ça fonctionne à chaque fois ». Adrien Guillemot souligne la rigueur de la méthodologie et la propreté du matériel utilisé par Joël Chauffray. En formation d’ingénieur agronome, Fantine Bedeau s’est piquée de passion pour les abeilles : « J’ai eu la chance de faire un stage en apiculture. J’ai été conquise. »Sa formation l’a amenée au Costa Rica, où elle a découvert l’apiculture sous les tropiques, « avec l’abeille africanisée ou tueuse, très agressive, et très productive. Et la méliponiculture avec l’abeille sans dard qui produit du miel médicinal. »

L’association compte 99 adhérents, « apiculteurs ou pas, professionnels ou particuliers. Le but de la confédération, c’est de promouvoir l’apiculture et la biodiversité », précise Adrien Guillemot

La confédération mène des actions de formation avec le rucher école situé à Tréprel, chez l’apiculteur Marcel Lecoq. Des cours ont lieu durant l’année pour découvrir l’aspect pratique de l’apiculture. Autre point fort, la revue Propos Lice qui traite de sujets d’apiculture et informe des activités de la confédération.

Une expérience unique qu’elle a partagée avec les apiculteurs.

Infos confédération, www.confedeapi14.fr.

 



En savoir plus : https://www.ouest-france.fr/normandie/pont-douilly-14690/pont-d-ouilly-les-apiculteurs-partagent-leurs-experiences-6607916

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *