Châlons, l’amie des abeilles

La Ville vient d’obtenir le label APicité « deux abeilles » pour ses actions en faveur des pollinisateurs.

La Ville vient d’obtenir le label APicité « deux abeilles » pour ses actions en faveur des pollinisateurs. 

Et de deux années supplémentaires. La Ville, qui avait obtenu le label APIcité en 2017, vient de se le voir prolonger. « Ce label a été mis en place par L’Union nationale de l’apiculture française dans le but de valoriser des collectivités œuvrant pour la protection des pollinisateurs », explique Véronique Lemoine, directrice du cadre de vie à la ville de Châlons.

Le label Apicité “deux abeilles” a été remis à la ville de Châlons.

Déjà obtenu en 2017 pour deux ans, il vient d’être prolongé de deux années supplémentaires.

Une récompense pour son action en faveur des pollinisateurs.

Papillons et abeilles, « véritables sentinelles de la nature et très bons indicateurs de l’état de notre environnement », comme le souligne Fatima Djemaï, élue en charge du développement durable, profitent donc des différentes actions mises en place ces dernières années. À savoir le déploiement des ruches (dix), « la règle du zéro phyto ou encore les actions de communication sur le rôle primordial des pollinisateurs, comme aux serres municipales, le 26 avril prochain », poursuit l’élue. « On reste à la disposition de tous les professeurs d’écoles s’ils veulent organiser un événement autour de cela », souligne également Véronique Lemoine.

“Il y a des efforts de faits mais pas seulement dans les villes. L’agriculture en a réalisé”

En France, seulement 24 communes – dont Châlons – ont été labellisées APIcité « deux abeilles » sur trois possibles, le 20 novembre, lors du salon des maires et des collectivités locales. « Nos actions ont vraiment apporté un mieux vivre de la nature en ville, assure Véronique Lemoine. Nous sommes en attente du dernier diagnostic mais nous savons déjà qu’il y a une augmentation de cette biodiversité. » Un constat que partage Jean-François Ducas, apiculteur semi-professionnel. « On a une amélioration du nombre des pollinisateurs, c’est inévitable. »

Toutefois, celui qui possède 70 ruches dans la région de Suippes, précise le propos. « Il y a des efforts de faits mais pas seulement dans les villes, ils sont faits partout. J’explique aussi cette situation par le fait que l’agriculture réalise de gros efforts et je ne suis ni de près, ni de loin, agriculteur. À mon sens, il y a une nouvelle utilisation des produits phytosanitaires mis à droite ou à gauche. Avant, la génération de nos parents et grands-parents dosait un peu à la louche. Plus maintenant. Même les magasins de vente de produits phytosanitaires font des efforts. »

Un appel à projets

De son côté, la Ville poursuit son action en faveur des pollinisateurs. Un appel à projets auprès des apiculteurs, amateurs compris, est lancé jusqu’au 31 janvier. « On aimerait connaître leurs projets en matière d’installation de ruches ou d’animations pédagogiques, pour développer les pollinisateurs sur le secteur », détaille la directrice du cade de vie. Avec, en ligne de mire, la troisième abeille du label dans les deux ans….



 

En savoir plus : https://abonne.lunion.fr/id117016/article/2019-12-17/chalons-lamie-des-abeilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *